Etymologie de Vaudry

D’après Lesmasures (Voix du Bocage , 1980)


On m’a parfois interrogé sur l’origine du nom de la commune de Vaudry . Je n’ai trouvé là-dessus aucune indication satisfaisante. Il y a bien un nom latin cité par l’Ordo, mais il me paraît sans intérêt.

D’ailleurs, sur ces question, l’Ordo est assez fantaisiste : sa toponymie latine semble souvent n’avoir pas précédé le mot français, mais en être qu’une traduction ou une adaptation… Un autre nom, relevé du Livre Rouge, de l’échiquier de Normandie, n’est guère plus probant, la désignation primitive de ce lieu étant certainement plus ancienne que la rédaction du Livre Rouge qui date des temps féodaux. C’est donc par intuition que j’essaierai de fournir une réponse.

Je pense que le nom de Vaudry vient de l’expression latine vallis directa (l’adjectif qui a donné l’italien diritto, et même par contraction : dritto). Et cette expression signifie : val droit. Val droit par opposition aux Vaux de Vire voisins, tout en virages.

En effet, si le vallon suivi par la Vire est sinueux, notamment au lieu-dit Pont-des-Vaux, où il vient buter d’équerre dans le vallon de la Virène par lequel la Vire, grossie de cet affluent, poursuit son cours. Par contre, la vallée de l’Allière, à partir de Burcy, et jusque vers le Pont-Féron, est presque rectiligne.

Vaudry vient de l’expression latine vallis directa (l’adjectif qui a donné l’italien diritto, et même par contraction : dritto). Et cette expression signifie : val droit. Val droit par opposition aux Vaux de Vire voisins, tout en virages    
  le château seigneurial de Vaudry, aujourd’hui disparu, se dressait au bord de l’Allière, non loin de l’actuel château du Pont-de-Vaudry (pont sur le dit cours-d’eau) : c’était alors le véritable centre de Vaudry, comme en témoigne encore l’église et la mairie dominant cette vallée à laquelle elles appartiennent  
    l’Allière est par excellence la rivière du territoire de Vaudry, que son cours d’eau traverse sur près de 2 kilomètres et demi : la même commune est baignée aussi par la Vire, mais en limite seulement et ne l’est que sur 600 mètres environ. En sorte que, s’il n’y avait en France plusieurs communes du nom de Vaudry, il faudrait pour distinguer la nôtre, dire : Vaudry-sur-Allière, plutôt que Vaudry-sur-Vire
Certes l’Allière est sinueuse elle aussi, mais ses méandres sont très rapprochés : elle serpente dans les prés qui occupent le fond assez plat de sa vallée plus large et plus droite. Tandis qu’aux creux des Vaux de Vire, il n’y a de place ni pour de grands prés, ni pour de courts détours de la rivière enserrée qui ne peut musarder et ne fait d’autres coudes que ceux du vallon.

Or, l’Allière est par excellence la rivière du territoire de Vaudry, que son cours d’eau traverse sur près de 2 kilomètres et demi : la même commune est baignée aussi par la Vire, mais en limite seulement et ne l’est que sur 600 mètres environ. En sorte que, s’il n’y avait en France plusieurs communes du nom de Vaudry, il faudrait pour distinguer la nôtre, dire : Vaudry-sur-Allière, plutôt que Vaudry-sur-Vire.

De plus, il faut considérer que le château seigneurial de Vaudry, aujourd’hui disparu, se dressait au bord de l’Allière, non loin de l’actuel château du Pont-de-Vaudry (pont sur le dit cours-d’eau) : c’était alors le véritable centre de Vaudry, comme en témoigne encore l’église et la mairie dominant cette vallée à laquelle elles appartiennent.

Un des points les mieux situés d’où on peut juger du dessin de notre vallée est, à cinq ou six cents mètres de l’église, sur la petite route allant vers le village de la Gréardière.
Vaudry, donc, val droit (si l’on veut bien me suivre dans mon hypothèse), Vaux-de-Vire, vaux tout en virages, comme l’indique le nom même de la rivière.

L’antonyme parfait de Vaudry serait le nom de cette commune des environs de Mayenne : Vautorte, dans le sinueux vallon de l’Ernée. Ce sont là des étymologies essentiellement descriptives.

 
à